Vibrations sur fibres 23.
Une rétrospective des œuvres de Paulette-Marie Sauvé
11 mai au 3 septembre 2023

Commissaire : Françoise Cloutier
Exposition produite et mise en circulation par le Musée des métiers d’art du Québec.

Paulette-Marie Sauvé, Pont Jacques-Cartier, 2021, tapisserie Jacquard, fibres optiques, microcontrôleur, coton, 74 x 105 cm. (Crédit photo : P-M Sauvé)

 

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke est heureux d’accueillir cette importante exposition rétrospective produite par le Musée des métiers d’art du Québec. L’exposition couvre 45 ans de production artistique de Paulette-Marie Sauvé. L’artiste-licière y présente majoritairement des tapisseries représentatives des différentes périodes de sa carrière. Selon la commissaire de l’exposition Françoise Cloutier, dès 1978 Paulette-Marie Sauvé s’affirmait comme une des leaders de la nouvelle tapisserie au Québec, maîtrisant les techniques anciennes de la lice avec une contemporanéité remarquable.

Les œuvres de madame Sauvé sont fortement inspirées par la nature et par la vie champêtre de son village d’adoption Calixa-Lavallée. Ce même village inspire la tapisserie Calixa-Lavallée qui fait partie de la collection permanente du Musée des métiers d’art. Les productions plus récentes mettent en valeur le patrimoine architectural du Vieux-Montréal et le centre urbain de la ville de Toronto, dans des œuvres  intimistes de plus petites dimensions.

Autant les amateurs de métiers traditionnels que les amateurs d’art contemporain seront comblés par cette exposition. Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke rend accessible un important catalogue bilingue, produit par le Musée des métiers d’art du Québec, producteur de la première rétrospective en 2020. La publication abondamment illustrée retrace les événements marquants de la vie de l’artiste, elle contient deux entrevues avec Paulette-Marie Sauvé et un texte de la commissaire de l’exposition.

 

À propos de l’artiste

Paulette-Marie Sauvé a acquis une solide formation à l’Institut des arts appliqués. Cet institut a perpétué les enseignements d’une école très importante pour le développement des arts de l’aménagement et des métiers d’art au Québec, l’ancienne École du meuble. Par cette formation, Paulette-Marie Sauvé développe un goût marqué pour l’authenticité des matériaux nobles et pour les techniques artisanales anciennes. Elle publie des ouvrages traitant du filage de la laine, de la teinture, et en enseigne les techniques. Par ce qu’elle ouvre également un Musée à Calixa-Lavallée, elle devient un important maillon de la chaîne de valorisation des métiers d’art du Québec.

Son oeuvre est largement représentée à travers le programme d’intégration des arts à l’architecture dans les bâtiments publics.  Elle a participé au programme du 1% par plusieurs productions qui atteignent parfois des dimensions colossales. Elle est également l’une des instigatrices des Biennales de la nouvelle tapisserie du Québec. 

Parallèlement à son engagement envers les métiers traditionnels, elle poursuit ses recherches en art textile dans un esprit très contemporain en développant des techniques de nouage des fibres acryliques. Ceci l’amène à créer des décors de ballet, des œuvres en trois dimensions dans le cadre de performances. Elle travaille les fibres optiques, le vinyle, et utilise même des mécanismes électriques dotés de transformateurs pour créer des pièces cinétiques très d’actualité dans les années ‘70. Si elle maîtrise parfaitement la technique des Gobelins et l’exploite pendant plusieurs années, elle exécute les productions de la dernière décennie avec la technique du jacquard. Ses recherches se poursuivent dans des ateliers de tapisseries en France et aux États-Unis.

 

MUMAQ LOGO