Parcours Photo Sherbrooke
2023-2024

Le Parcours Photo Sherbrooke est présenté de septembre 2023 à septembre 2024 à la promenade du Lac-des-Nations. L’accès est gratuit en tout temps.

Résidences croisées : les artistes dans les collections

Le Parcours Photo Sherbrooke constitue un événement culturel et touristique d’envergure voué à la promotion de la photographie dans les Cantons-de-l’Est. Il est né de l’initiative de photographes régionaux passionnés, en collaboration avec Destination Sherbrooke, la Ville de Sherbrooke, le Musée des beaux-arts de Sherbrooke, le Club photo de Sherbrooke et le Comité Arts et Culture Jacques-Cartier. La Ville remercie le comité organisateur composé du Musée des beaux-arts de Sherbrooke et du Comité Arts et Culture Jacques-Cartier.

Pour l’édition 2023-2024 du Parcours photo Sherbrooke, la Ville de Sherbrooke et le Musée des beaux-arts de Sherbrooke proposent aux photographes professionnels de s’inspirer de l’une des collections muséales sherbrookoises. Le Musée d’histoire de Sherbrooke (MHist), le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke (MNS2) et le Musée des beaux-arts de Sherbrooke (MBAS) ouvrent leurs portes aux artistes afin de leur permettre de travailler à partir des objets de leurs collections.

Comment les artefacts sont-ils conservés? Quel type de patrimoine chacune de ces institutions préserve-t-elle? Comment réinterpréter ou alors relire un document d’archives, une œuvre ou un spécimen biologique par une démarche artistique?

Découvrez la production de Karine Dezainde (MBAS), René Bolduc (MNS2) et Geneviève Marois-Lefebvre (MHist) dans le cadre de leur micro-résidence dans les collections de chacune des institutions. L’histoire, les sciences naturelles et les beaux-arts se rejoignent pour faire vivre au public un parcours unique, à la frontière des disciplines.

Commissaires : Miguel St-Laurent et Frédérique Renaud

  • Le lancement du Parcours Photo Sherbrooke 2023-2024 aura lieu le jeudi 14 septembre 2023 à 17 h au Marché de la Gare de Sherbrooke. Les artistes seront présents pour l’événement et une visite guidée des trois sites d’exposition autour du Lac-des-Nations suivra les allocutions.

À propos des artistes et des œuvres présentées

Karine Dezainde, De la série La face cachée du musée, photographie et réalité augmentée. Crédit des œuvres : Richard-Tremblay, Jardin #2, 2008, huile sur toile, 152 x 183 cm.

Karine Dezainde

Démarche
Pour l’artiste Karine Dezainde, le musée est un écosystème dans lequel cohabitent l’espace, les œuvres et les personnes qui en prennent soin. La série photographique réalisée lors de ses résidences au Musée des beaux-arts de Sherbrooke est imprégnée de l’esprit du lieu et donne accès aux coulisses de l’institution. Ses clichés légèrement floutés permettent d’entrevoir les employés au travail, en plein processus d’installation d’une exposition. Les prises de vues captent le caractère transitoire des œuvres qui séjournent au MBAS pour quelques mois. Ces moments éphémères côtoient les objets des collections qui habitent au contraire en permanence cet espace depuis 1996.

Grâce à une application de réalité augmentée, l’artiste fait intervenir des motifs organiques dans certaines scènes captées dans l’espace muséal.  La nature du parc s’intègre ainsi à l’écosystème du Musée. L’artiste remercie Manif d’art et Entente de développement culturel de la Ville de Québec pour le soutien financier à ce projet.

Pour expérimenter la réalité augmentée, il suffit de télécharger l’application Artivive à partir du code QR suivant :

Biographie
Sherbrookoise d’origine, Karine Dezainde vit et travaille désormais à Québec où elle enseigne au Cégep Garneau. Elle détient une maîtrise en arts visuels et en enseignement des arts au collégial. L’artiste fait intervenir la réalité augmentée dans sa pratique d’impression et de photographie, qui devient un dispositif d’interaction avec le public et d’animation de l’image. Elle a participé à de nombreuses expositions et résidences avec le centre de production en estampe et de diffusion Engramme à Québec.

Site Web : https://mdebrouxblog.wordpress.com/


René Bolduc, Grands corbeaux, 2023, Photographie au collodion humide, spécimens tirés de la collection du Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke.

René Bolduc

Démarche
Les images énigmatiques captées par René Bolduc lors de sa micro-résidence au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke se situent à la limite de la démarche artistique et scientifique. L’artiste redonne vie aux spécimens naturalisés à travers des mises en scène en studio qui paraissent toutefois avoir été photographiées en pleine nature. Le bestiaire déployé brouille les frontières du temps comme dans un cabinet de curiosité, icône du XIXe siècle. Les animaux semblent pour certains captés sur le vif, en pleine conversation. Pourtant, la technique ancestrale du collodion humide employée par l’artiste est laborieuse, et plusieurs minutes sont nécessaires pour fixer l’image sur le support. Le sujet doit donc être parfaitement immobile – ou mieux encore, naturalisé!

Biographie
Spécialiste des techniques et procédés anciens de la photographie, René Bolduc s’intéresse au pouvoir évocateur de l’image et à son histoire. Il est détenteur d’un diplôme d’études collégiales en photo mécanique et photographie. Ses œuvres ont été présentées au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, au Centre culturel Yvonne L. Bombardier de Valcourt, au Musée populaire de la photographie de Drummondville et dans de nombreux autres lieux de diffusion au Québec.

Site Web : https://renebolduc.com/a-propos/


Geneviève Marois-Lefebvre, Correspondance de Charles Leblanc (La pluie) – 1912, 2023. Archive textuelle : Fonds Yseult Demers, fiche #3310- correspondance de la famille Leblanc – Collection Musée d’histoire de Sherbrooke.

Geneviève Marois-Lefebvre

La pratique de Geneviève Marois-Lefebvre examine l’image dans un contexte d’installation, de vidéo ou encore d’assemblage. Dans le cadre de sa résidence, elle s’est penchée sur la riche collection de journaux et de correspondances de particuliers du Musée d’histoire de Sherbrooke. Une variété d’époques et de voix s’y entremêlent, racontant la réalité des individus de la région des Cantons-de-l’Est. L’artiste s’intéresse ainsi à la façon dont les gens traduisent en mots leur expérience du réel et entrent en relation les uns avec les autres par le récit. À travers l’assemblage de ces fragments textuels trouvés et de photographies tirées de sa vie quotidienne, Marois-Lefebvre ajoute sa propre subjectivité à celle du sujet étudié. Ses photographies entrent en relation avec les textes d’archive afin de proposer de nouvelles pistes de lecture qui tendent à brouiller les frontières entre les époques ainsi qu’entre le réel et l’imaginaire[1].

Biographie

Geneviève Marois-Lefebvre est une artiste multidisciplinaire, résidente de Frelighsburg dans les Cantons-de-l’Est. Détentrice d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, elle a exposé dans plusieurs lieux de diffusion dans la province, notamment chez Atoll Art Actuel, le Centre des arts actuels Skol et le Centre d’artiste Caravansérail.

[1] À noter que les textes ont été retranscrits fidèlement, y compris d’éventuelles erreurs d’origine.

Site Web : https://genevievemaroislefebvre.com/