Vernissage 29 novembre : La révolution Borduas: espaces et liberté

Image : NE PAS REPRODUIRE SANS AUTORISATION Paul-Émile Borduas, Musique acidulée, 1955, huile sur toile. Collection particulière. Photo : Richard Max-Tremblay

LA RÉVOLUTION BORDUAS : ESPACES ET LIBERTÉ

Vernissage : jeudi 29 novembre 2018 

INVITATION : La présidente du conseil d’administration, Mme Lucie Lemay et la directrice du Musée, Mme Cécile Gélinas, vous invitent à la grande ouverture de l’exposition La révolution Borduas : espaces et liberté, au Musée des beaux-arts de Sherbrooke le jeudi 29 novembre.

À 17 h : Activité réservée aux membres du Musée : Visite commentée par la commissaire et historienne de l’art, Mme Anne Beauchemin. — gratuit – rsvp

à 18 h : Vernissage ouvert au public. Venez visiter l’exposition, rencontrer l’équipe du musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul et la commissaire de l’exposition.

L’exposition est présentée du 29 novembre 2018 au 24 mars 2019

Une exposition consacrée à ce peintre clé de notre histoire et à ses idées pour changer la société.

70 ans après la publication du Refus Global, et 58 ans après la mort du peintre Paul-Émile Borduas, son art, ses idées, ses aspirations sont toujours inspirants, comme en témoignent plusieurs artistes qui lui ont rendu hommage. Cette exposition présente des œuvres picturales et photographiques, dont certaines rarement exposées.

Cette exposition a été produite et mise en circulation par le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Ce projet est possible grâce à la participation financière du ministère du Patrimoine canadien.

Dominique Valade. Tenir en main le fil…

Exposition Dominique Valade. Tenir en main le fil...

Exposition Dominique Valade. Tenir en main le fil...

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Exposition Dominique Valade Tenir en main le fil...
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image... Loading image...

Photographies : François Lafrance

Du 20 septembre 2018 au 27 janvier 2019

Le travail actuel de Dominique Valade porte sur des expérimentations qui mènent à la réalisation d’œuvres hybrides intégrant sculptures, estampes et créations textiles. Utilisant les techniques du shibori, du dévoré et de la sérigraphie, l’artiste présente des œuvres qui sont imprégnés des couleurs, des textures et des sujets traités par Vincent Van Gogh. Parmi elles, une série d’une trentaine de « lettres ». Ces lettres, dont les supports sont sélectionnés de manière aléatoire parmi les pages d’un vieux dictionnaire, sont teintes à l’indigo, dévorées puis brodées de plusieurs sillons à la manière d’un champ de culture… Aussi, plusieurs petits restes du quotidien seront disposés dans l’espace en alternance avec de grandes pièces indigo rapiécées et rongées. Voilà les mondes qui interpellent l’artiste dans le rapport entre l’homme et la nature.

Biennale d’art contemporain autochtone (BACA)

Kali Spitzer, Tania Larsson, Gwich’in and Swedish, Yellowknife, Northwest Territories, Canada, 2015, Impression sur papier archive / archival pigment print, 76 x 61 cm / 30 x 24 in, 1 de 10 / 1 of 10
Remerciements / Courtesy: Never Apart

BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN AUTOCHTONE (BACA) 4ème ÉDITION
níchiwamiskwém | nimidet | ma soeur | my sister
Une présentation Hydro-Québec

Du 5 mai au 9 septembre 2018

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke est fier de présenter un volet de la 4ème édition de la Biennale d’art contemporain autochtone et d’ainsi prendre part à cet événement périodique qui met en lumière la diversité des pratiques issues des cultures autochtones de toute l’Amérique du Nord. Initiée en 2012 par la galerie Art Mûr, la BACA est devenue une organisation indépendante à but non lucratif dont l’objectif est de soutenir et de promouvoir à long terme l’art et les artistes contemporains autochtones. L’exposition níchiwamiskwém | nimidet | ma soeur | my sister place les artistes autochtones femmes des quatre coins du continent sous le feu des projecteurs. Le programme riche révèle le regard que posent des femmes artistes autochtones sur la réalité contemporaine.

« Les connaissances et les expériences que nous partageons avec nos sœurs vont au-delà du lien de parenté direct. Des intérêts communs et la solidarité entre nous forment notre sororité. Sœurs, cousines et amies fusionnent dans cette sororité, qui imagine des avenirs féconds. Que de telles relations se soient formées à la naissance, dans l’enfance ou à l’âge adulte, ces femmes et confidentes sont à la source de notre pouvoir, de notre intelligence et de notre amour.

L’exposition níchiwamiskwém | nimidet | ma soeur | my sister se penche sur la relation intense entre des sœurs autochtones qui ont grandi ensemble, qui ont été séparées par de longues distances, qui rient ensemble, qui se tiennent par la main et se battent sur le front de l’activisme, qui élèvent des protestations au sein de leurs communautés comme à l’extérieur et qui partagent la connaissance et l’expérience de traumatisme intergénérationnel. L’exposition níchiwamiskwém | nimidet | ma soeur | my sister présente des artistes qui racontent des histoires de leur enfance, confient des souvenirs et mettent en lumière des relations et des événements déterminants dans l’identité des femmes autochtones. »

– Niki Little et Becca Taylor, co-commissaires

La Galerie d’art Stewart Hall de Pointe-Claire, Art Mûr, La Guilde et le Musée des beaux-arts de Sherbrooke accueillent les 4 volets de l’exposition níchiwamiskwém | nimidet | my sister | ma sœur alors que Le Musée McCord présentera une soirée de projection de films autochtones et une table-ronde.

Annie Charland Thibodeau. II (Les étendues)

Annie Charland Thibodeau, L’étendue I & II, 2015, pierre calcaire, peinture, vinyle et granite

ANNIE CHARLAND THIBODEAU. II (LES ÉTENDUES)

Du 17 février 2018 au 22 avril 2018

Vernissage le samedi 24 février à 17h

La pratique artistique d’Annie Charland Thibodeau s’articule autour d’installations sculpturales in situ qui évoquent la notion de territoire. La recherche se fait dans l’action : initiée par des cueillettes intuitives et par l’accumulation d’éléments bruts, elle prend ensuite la forme de gestes minutieux, lents et répétés. Elle transforme leur présence sans toutefois les dénaturer entièrement afin d’articuler un système à la fois rigide et chargé poétiquement. La relation de ces formes altérées à leur nouvel environnement devient le sujet même de ses propositions. Le projet II (Les étendues), présenté au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, réfère à ce processus de création marqué par la collecte et la transformation d’éléments naturels. Il s’agira d’une expérience immersive qui mettra à profit le bain de lumière naturelle de la salle Fondation J.A. Bombardier du Musée.

Pellan & Shakespeare : le théâtre des rois

Alfred Pellan, Costume de Sébastien pour Nuit des rois, 1968. Photo: Musée des maîtres et artisans du Québec. Redingote, chemise, pantalon et ceinture
Collection Théâtre du Nouveau Monde, TNM 14,1-5

PELLAN ET SHAKESPEARE : LE THÉÂTRE DES ROIS 

Du 24 février 2018 au 29 avril 2018

Vernissage le samedi 24 février à 17h

L’exposition propose une incursion sur la scène de la pièce de théâtre La Nuit des rois de William Shakespeare illustré par l’artiste Alfred Pellan. Les cinq actes de la célèbre pièce servent de canevas aux splendides costumes et sérigraphies du peintre, accompagnés de nombreuses photographies d’archives. Conçue en collaboration avec le Musée des maîtres et artisans du Québec, le théâtre du Nouveau Monde, le Centre d’exposition Lethbridge et la Galerie Stewart Hall, l’exposition repose sur un corpus soutenu par des années de recherche.

Cette présentation a reçu une contribution du Fonds des expositions itinérantes du Patrimoine canadien.

Henry Wanton Jones. Démasqué!

Henry Wanton Jones. Démasqué!

Du 28 octobre 2017 au 18 février 2018

 

Né en 1925 à Waterloo, petite municipalité des Cantons-de-l’Est, Henry Wanton Jones a fait partie des « rebelles » qui, en 1950, exposaient en marge du Salon du Printemps du Musée des beaux-arts de Montréal. Formé à l’École du Musée des beaux-arts de Montréal, il enseigne le dessin et la sculpture dans différentes universités montréalaises jusqu’en 1975. À partir de 1976, il se consacre entièrement à la peinture à l’huile et expose à travers le pays. Ses œuvres se trouvent aujourd’hui dans de nombreuses collections privées et muséales au Canada, telles que celles du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée d’art de Joliette, de la Winnipeg Art Gallery et de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Le peintre met en scène des situations souvent équivoques, représentant autant des chevaux accompagnés de nus érotiques, des portraits masqués, des autoportraits et des natures mortes. Situé à mi-chemin entre le surréalisme et l’art naïf, tout en empruntant certains codes graphiques aux cubistes, le langage visuel et le symbolisme de Jones témoignent d’une grande poésie et d’une sensibilité qui marquent l’imaginaire. L’exposition Henry Wanton Jones. Démasqué! constitue la toute première rétrospective consacrée au travail d’un artiste québécois qui séduit le public et les collectionneurs depuis plus de 40 ans.