SPACE 9

LE SALON DU PRINTEMPS DES ARTISTES DES CANTONS-DE-L’EST – 9ÈME ÉDITION

L’exposition sera présentée du 11 avril au 2 juin 2019

C’est la 9ème édition du Salon du printemps des artistes des Cantons-de-l’Est – SPACE 9. Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke est heureux de présenter une sélection de douze artistes qui illustrent la pratique et le discours des artistes d’ici.

LES ARTISTES

ANNE-MARIE BERTHIAUME – ESTAMPE

Résidant présentement à Sherbrooke, Anne-Marie Berthiaume est titulaire d’un Baccalauréat en arts-plastiques à l’UQTR. Elle s’est démarquée en se spécialisant dans le domaine de l’estampe. Récipiendaire de la Bourse Presse-papier 2007 (Trois-Rivières) et finaliste au 18e Prix Albert-Dumouchel (Montréal), toujours en 2007, elle a participé à plusieurs expositions collectives aussi bien au Québec qu’en Europe.

Anne-Marie Berthiaume, Déséquilibre, sérigraphie et techniques mixtes sur bois, 30  x 30 cm, 2018.

ANNE-RENÉE HOTTE – PHOTOGRAPHIE

Diplômée en photographie à l’Université Concordia (2010), Anne-Renée Hotte a complété sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal en 2015. Son travail a été présenté dans plusieurs lieux à l’étranger et au Québec, notamment à la Galerie Artem (Quimper, France), à la Galerie de l’Université de l’Indonésie (Jakarta), à Volta NY (New York, États-Unis), à Caravansérail (Rimouski), à la FOFA Gallery (Montréal), à la Galerie de l’UQÀM (Montréal) et à la Galerie Trois Points (Montréal). En 2013, elle a réalisé, pour le Centre hospitalier de l’Université de Montréal, une œuvre d’art public qui sera exposée durant toute la durée de la construction du nouveau centre.

Anne-Renée Hotte Sylvestre 3 (Toutes mes histoires de forêts mènent à un cours d’eau) Impression numérique sur papier archives 1/3 155 x 124,5 cm 2018 Crédit photo : Anne-Renée Hotte

CAROLINE LÉTOURNEAU – PEINTURE

Caroline Létourneau est originaire de Princeville. Elle est détentrice d’un baccalauréat avec spécialisation en arts visuels de l’Université d’Ottawa (2011). Elle a participé à plusieurs solos, notamment au Centre d’art Jacques et Michel Auger (2016) et à la Maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce de Montréal (2015). Elle a également participé à la Foire d’art contemporain de Saint Lambert en 2013.

Caroline Létourneau, La revanche d’Artemisia Gentileschi, acrylique sur toile, 152 x 183 cm, 2018.

CHLOÉ BEAULAC – GRAVURE

Diplômée d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia (2010), Chloé Beaulac se spécialise dans les arts imprimés. En 2015 elle remporte le prix Télé-Québec remis conjointement par la Biennale d’estampe contemporaine de Trois Rivières (BIECTR) ainsi que la Fabrique culturelle pour son œuvre Au cœur du Magnétisme. En 2018, elle remporte le prix Culture Montérégie – Fabrique culturelle, remise pour l’ensemble de son œuvre et son implication en Montérégie. Beaulac a exposé son travail dans le cadre de plusieurs projets d’oeuvres d’art public, et de nombreuses expositions solos et expositions de groupe un peu partout au Québec, au Canada et à quelque reprises à l’international.

Chloé Beaulac, Vibert, acrylique et techniques mixtes sur papiers, 123 x 93 cm, 2014.

LE DUO DUROCHER-SCHUELER – CÉRAMIQUE

Sylvie Schueler détient un diplôme de 2e cycle en pratiques artistiques actuelles à l’Université de Sherbrooke. Diplômé en ingénierie, Maxime Durocher est céramiste autodidacte. Ils vivent et créent à Sherbrooke.

Durocher-Schueler, Alterre – Détail, 2018, Porcelaine et grès , Maison des arts et de la culture de Brompton, Crédit photo : Yves Harnois

FRANÇOIS MATHIEU – INSTALLATION

Détenteur d’un baccalauréat en philosophie, d’un autre en arts plastiques et d’une maîtrise en études québécoises, François Mathieu possède une longue expérience de technicien au service des artistes dans plusieurs ateliers de Québec, ainsi que de formateur et chargé de cours. Ayant à son actif plusieurs réalisations d’art public, il a aussi présenté de nombreuses expositions au Canada, au Mexique et en Belgique. Ayant grandi à St-Éphrem en Beauce, François Mathieu vit et travaille en milieu rural, à St-Sylvestre de Lotbinière.

François Mathieu, Un tour , venu d’un centre, 2014, Cuir, corde de polyester, poulies métalliques, béton
272 x 320 x 320 cm, Crédit photo : Étienne Boucher

HANI FERLAND – ART POPULAIRE CONTEMPORAIN

Née le 22 juin 1979 à l’hôpital de Granby, Hani Ferland a grandi à Sainte-Anne-de-la-Rochelle dans les Cantons-de-l ’Est. C’est en 1999 qu’elle s’établit à Sherbrooke, ville dans laquelle elle complète un baccalauréat en études littéraires et culturelles à l’Université de Sherbrooke en 2011. Hani Ferland travaille depuis une quinzaine d’années à CIAX 98,3, radio communautaire de Windsor et région, desservant le territoire du Val-Saint-François. Elle y est aujourd’hui la directrice générale. Dans son parcours artistique, Hani Ferland a partagé un atelier au Centre d’art de Richmond avec d’autres photographes de la région. Elle a également exposé différentes œuvres dans les centres de diffusion des Cantons-De-L ’Est.

Hani Ferland, crédit photo : Hani Ferland

JÉRÉMIE ST-PIERRE – PEINTURE

Jérémie St-Pierre est né le 4 septembre 1983 à Ste-Félicité de l’Islet. Récipiendaire de la bourse du Campus-Notre-Dame de Foy, il entreprend des études en arts plastiques à St-Augustin de Desmaures en 2000. Il possède un Baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Son travail est présent dans plusieurs collections privées et compte à son actif différentes expositions nationales. St-Pierre termine une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM où il obtint une charge de cours à l’hiver 2015. Il vit et travaille entre Montréal et les Cantons de l’Est. Il est représenté par la Galerie Michel Guimont dans la région Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières.

Jérémie St-Pierre, Sensorama furtif, Acrylique sur toile, 76 X 92 cm, 2018

JOHANNE CÔTÉ – TEXTILE

Depuis 2014, Johanne Côté est une artiste professionnelle en art actuel. Elle possède une formation académique en graphisme et en arts visuels. Elle a complété un diplôme de 2e cycle en pratiques artistiques actuelles en 2014. Elle a participé à plusieurs expositions collectives et à quatre expositions solos à son actif.

Johanne Côté, PI infini, 2017, détail, Crédit photo : François Lafrance

SARA A.TREMBLAY – PHOTOGRAPHIE

Sara A.Tremblay détient une maitrise en beaux-arts de l’Université Concordia. Ses œuvres ont été présentées au Québec et en Ontario (YYZ Artists’ Outlet, Galerie Donald Browne, Fondation Guido Molinari, Vaste et Vague, entre autres) ainsi qu’en Suède où elle a séjourné à l’été 2013 dans le contexte de la Brucebo Fine Art Summer Residency Scholarship, àSjälsö, Gotland. Elle a participé au 32e Symposium International d’art contemporain de Baie Saint-Paul et est récipiendaire de la toute première Bourse Yvonne-L.-Bombardier. En 2016 elle publie l’ouvrage Själsö (VU, Québec).

Sara A.Tremblay, Repères / 45°19’15.2″N 72°07’37.8″W, 2019, Impression à jet d’encre, 50,8 x 76,2 cm, Crédit photo : Sara A.Tremblay

STEVE HEIMBECKER – SON ET VIDÉO

Né en Saskatchewan et formé au Alberta College of Art and Design, Steve Heimbecker est connu pour le rôle novateur qu’il a joué dans le développement de l’art sonore, de l’installation et de la composition sonore à canaux multiples au Canada. À partir des années 1980, il a présenté son travail et ses performances au Canada et en Europe. Depuis qu’il s’est installé à Montréal en 2001, il a réalisé une série de projets DVD en Dolby 5.1 et créé un système de diffusion du vent basé sur un réseau à 64 canaux portant le nom de «Wind Array Cascade Machine» dont les manifestations prennent la forme d’installations, tout en continuant à produire et à exposer son travail sur les scènes nationale et internationale.

Un jour et une année au lac Libby / A Day and a Year at Libby’s Pond (2019)
29 – channel audio visual installation Artist: Steve Heimbecker Crédit photo : Steve Heimbecker

YAN GIGUÈRE – PHOTOGRAPHIE

Yan Giguère a grandi à Victoriaville et a fait ses premiers pas en photographie dans la chambre noire de la polyvalente Le Boisé, au début des années 80. Il a étudié le cinéma au Cégep St-Laurent, puis la photographie au Cégep du Vieux-Montréal et à l’université Concordia. Il compte plusieurs expositions individuelles à son actif, notamment, à Montréal, Choisir, présentée à la galerie Occurrence en 2007, Bienvenue, à la Galerie B312 en 2002, Chavirer, à la Galerie Vox en 2001 et, en 2009, Attractions, à la Galerie Optica. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques et privées, dont celles du Musée national des Beaux-arts du Québec et d’Hydro-Québec.

Yan Giguère, Maison vide, Sainte- Anne de la Pérade, épreuve à la gélatine argentique, cire micro-crystalline, montée sur carton et faux cadre de tilleul, 72 cm X  72 cm X 4,4 cm, 2010.
Crédit photo : Yan Giguère

Les futurs disparus – Sans que rien de toi ne s’efface en moi

LES FUTURS DISPARUS – SANS QUE RIEN DE TOI NE S’EFFACE EN MOI

EXPOSITION DU 8 FÉVRIER AU 31 MARS 2019

Une exposition et un livre en photos et en mots.
Lui, René Bolduc est photographe, elle, Mélanie Noël est auteure. Ils ne se connaissaient pas, mais leur ami Richard Séguin leur propose d’unir les images et la poésie. Une seule directive avait été donnée : les Cantons-de-l ’Est devaient être l’inspiration du projet. Ainsi, toutes les images de l’exposition et du livre ont été prises sur ce territoire.

VERNISSAGE 8 FÉVRIER – OUVERTURE DE L’EXPOSITION

17 h : Visite VIP réservée aux membres du Musée
18 h : Vernissage ouvert au public pour plus de renseignements consulter la page de l’évènement

À PROPOS DE L’EXPOSITION

Cette exposition regroupe les photographies de René Bolduc et les poèmes de Mélanie Noël. À travers des paysages et des personnages des Cantons-de-l’Est, le photographe revisite avec passion et patience des techniques anciennes telles que le collodion humide. Les mots délicats de l’auteure enveloppent, pour leur part, les œuvres visuelles d’une poésie touchant des sujets universels et propres à la condition humaine.

Le résultat parle de ceux qui ne sont plus, ou de ceux qui sont voués à disparaître : un vieillard édenté, une maison abandonnée, un couple septuagénaire… En fait, plusieurs personnages et lieux représentés n’existent plus aujourd’hui, car les photos ont été captées entre 1992 et 2018. Ces clichés ont inspiré à l’auteure de courts poèmes, sensibles, pas forcément descriptifs, où résonnent la nostalgie de l’enfance, la mort et les rêves perdus. Les photographies de René Bolduc parlent d’elles-mêmes. La poésie de Mélanie Noël s’apprécie sans les images. Mais ensemble, elles forment un tout, comme un billet pour un aller-retour entre le mortel et l’intemporel.

C’est la deuxième présentation de ce travail, qui avait été exposé à l’été 2018 à la Galerie d’art La Sacristie, au cœur du village de St-Venant-de-Paquette. Dans le grand hall du Musée, les visiteurs pourront voir en plus des plaques photographiques originales et une installation artistique.  L’exposition s’accompagne d’une publication.

LES ARTISTES

René Bolduc – Les photos
René Bolduc utilise différentes techniques de photographies contemporaines et ancestrales, comme le collodion humide, pour produire des photos au cachet unique. Le photographe chasse les coins perdus, les terres reculées, les gens solitaires et les immortalise avant qu’ils se transforment ou disparaissent. Il a un penchant pour les personnes ridées et les natures mortes où pousse la vie. Ses images font voyager vers un monde très loin des égoportraits en série et du Photoshop.

Mélanie Noël – Les mots
Comptable agréée de formation, Mélanie Noël abandonne les chiffres pour les mots à la fin de la vingtaine. Depuis 2005, elle est journaliste à La Tribune. En 2015, elle remportait un prix Judith-Jasmin pour son dossier sur des agressions sexuelles dans un CHSLD. Parallèlement à sa carrière de journaliste, Mélanie écrit des paroles de chansons pour des interprètes québécois tels que Fred Pellerin, David Goudreault, Edgar Bori et Richard Séguin.

La révolution Borduas : espaces et liberté

Image : NE PAS REPRODUIRE SANS AUTORISATION Paul-Émile Borduas, Musique acidulée, 1955, huile sur toile. Collection particulière. Photo : Richard Max-Tremblay

LA RÉVOLUTION BORDUAS : ESPACES ET LIBERTÉ

L’exposition est présentée du 29 novembre 2018 au 24 mars 2019

Une exposition consacrée à ce peintre clé de notre histoire et à ses idées pour changer la société.

70 ans après la publication du Refus Global, et 58 ans après la mort du peintre Paul-Émile Borduas, son art, ses idées, ses aspirations sont toujours inspirants, comme en témoignent plusieurs artistes qui lui ont rendu hommage. Cette exposition présente des œuvres picturales et photographiques, dont certaines rarement exposées.

Cette exposition a été produite et mise en circulation par le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Ce projet est possible grâce à la participation financière du ministère du Patrimoine canadien.

Clémence. DE LA FACTRIE AU MUSÉE

CLÉMENCE. DE LA FACTRIE AU MUSÉE

Du 12 mai au 18 novembre 2018

Dimanche 14 octobre -9 h 30 à 12 h- Évènement : Les mots de Clémence. Lectures, performances et rencontre intime avec Clémence DesRochers
Tarifs : 30 $ – 20 $ pour nos membres et ceux du Salon du livre de l’Estrie. Réservez vos billets sur Event Brite 

Cet événement est une collaboration du Salon du livre de l’Estrie et du Musée des beaux-arts de Sherbrooke

Le Musée des beaux-arts de Sherbrooke présente pour sa saison estivale une nouvelle exposition en hommage à l’artiste sherbrookoise Clémence DesRochers. Conçue selon une approche thématique, cette rétrospective permet de célébrer l’apport exceptionnel de Clémence à la culture québécoise. Monologuiste, poète, animatrice, comédienne, humoriste, auteur-interprète, dessinatrice; les visiteurs auront la chance de découvrir les différentes facettes de cette artiste multidisciplinaire qui séduit les québécois depuis plus de 60 ans.

Au cours de sa carrière, Clémence a reçu l’éloge de plusieurs artistes qui lui ont témoigné leur admiration pour son œuvre. « Clémence nous aide à sortir de l’ombre nos vrais visages, nous nous reconnaissons dans ces douces caricatures de nous-mêmes, d’une familiarité hallucinante. Clémence DesRochers, dont l’art peut paraître naïf tant il est empreint de tendresse, et une tendresse qui ne craint pas l’impudeur, est aussi un poète conscient et tragique » (Marie-Claire Blais). « Tu as été la première à écrire dans un langage québécois parlé, structuré de façon cohérente et transposé sur le plan poétique » (Luc Plamondon). Lors de son passage à l’émission En direct de l’univers, Michel Tremblay a déclaré s’être inspiré de l’empathie de Clémence envers ses personnages, des caricatures sympathiques, pour la création de la pièce Les Belles-soeurs. « C’est l’âme québécoise qui se révèle à travers tes monologues et tes chansons. C’est nos réalités, nos rêves, nos émotions » (Georges-Hébert Germain).

L’exposition Clémence. De la factrie au musée présente un éventail de ses écrits, de ses monologues, de ses dessins, de ses poèmes ainsi que des documents d’archives. Des stations d’écoute seront mises à la disposition des visiteurs afin qu’ils puissent réellement se plonger dans l’univers poétique de Clémence. Nous sommes également très heureux d’offrir aux visiteurs un volet interactif permettant de laisser des témoignages qui lui seront remis à la fin de l’exposition.

Le Musée a créé cette exposition avec fierté, sachant qu’elle saura plaire à différentes générations.  La qualité et la variété du matériel présenté évoqueront certainement de précieux souvenirs à ceux qui ont été touchés par la personnalité vibrante de Clémence. Quant aux plus jeunes, ils auront la chance de découvrir une icône nationale, qui a révolutionné la scène culturelle et sociale.