Marcel Barbeau. Vibrato

MARCEL BARBEAU. VIBRATO

L’exposition sera présenté du 15 juin au 29 septembre 2019

Commissaire : Marie-Hélène Foisy

Réalisée à partir des œuvres de la collection permanente du Musée d’art de Joliette, Marcel Barbeau. Vibrato rend hommage à un grand peintre et sculpteur Québécois, dans une exposition qui retrace les moments clés de sa période optique.

En 1964, après avoir vécu quelques années entre Montréal et Paris, Barbeau part pour New York. Au sein de ce bouillon de culture et d’art, ses sens sont sollicités : le mouvement incessant de la ville, des voitures, des passants, des lumières, et la musique des boîtes de jazz, où il danse toute la nuit, stimulent son intérêt pour le mouvement et le cinétisme. L’artiste réalise, à cette époque, ses premières œuvres d’art optique.

L’objectif de l’exposition est de retracer les moments clés qui ont amené l’artiste à joindre ce mouvement, tout en essayant de saisir la place que cette période occupe dans sa production artistique.

BIOGRAPHIE DE MARCEL BARBEAU

Né en 1925, Marcel Barbeau est l’élève de Paul-Émile Borduas, à l’École du meuble de Montréal de 1942 à 1947. À l’atelier de son maître, il rencontre le groupe des jeunes artistes qui formeront le groupe des Automatistes. C’est avec Jean-Paul Riopelle qu’il réalise ses premières oeuvres abstraites, expérimentant plusieurs techniques dont le « dripping ». Il est également l’un des signataires du Manifeste Refus global.

D’un esprit libre et indépendant, Marcel Barbeau gardera toujours une distance avec les grands mouvements artistiques desquels il s’inspirent pourtant. Après la dissolution des Automatistes, il mène une vie de nomade à travers le Canada et les États-Unis. Il s’adonne alors à l’art optique. Mouvement d’envergure internationale, l’art optique ou Op Art, regroupe des artistes dont les oeuvres, s’inspirant de théories scientifiques, donnant à voir des illusions d’optique : l’expérience du regardeur qui en ressort est très physique et déstabilisante. Là encore, Barbeau se tiendra légèrement en marge : ses œuvres conservent un caractère émotionnel et spontané, et ce, malgré leur apparente rigidité.