Expositions »

L’exposition Espaces & Paysages traduite en LSQ

LSQ_logo_surditeÀ l’été 2010, le Musée des beaux-arts de Sherbrooke s’est joint à la Pulperie de Chicoutimi et au Musée Marius-Barbeau de la Beauce afin d’offrir aux personnes sourdes du Québec un accueil particulièrement chaleureux, en traduisant l’exposition permanente Espaces & Paysages en LSQ (langue des signes québécoise). Des appareils de visionnements vidéo portatifs (des visioguides) sont mis à la disposition des visiteurs sourds. Ils leur permettent de visiter l’exposition en toute autonomie et de comprendre toute l’information présentée. Ce service unique a été développé en partenariat avec les trois institutions muséales, la Fondation des Sourds du Québec et la firme Scénarimage, avec l’aide financière du ministère de la Culture et des Communications.

La LSQ est une vraie langue. La communauté sourde du Québec l’utilise pour s’exprimer et communiquer. Aujourd’hui, plus de 7 000 Sourds communiquent à l’aide de la LSQ au Québec. Dans le monde, il existe 69 langues signées semblables à la LSQ, utilisées par des sourds de différentes cultures. La LSQ est une langue visuo-gestuelle tandis que le français est une langue audito-orale. Les fonctions des deux langues sont complémentaires : la langue des signes permet aux Sourds de communiquer entre eux, d’apprendre le français écrit et de participer par ces deux moyens à la vie commune; le français sous sa forme écrite donne accès à tous les documents et augmente considérablement la capacité des sourds à avoir accès à la culture dominante et de s’y intégrer.

Rappelons que l’exposition Espaces & Paysages donne aux visiteurs l’occasion de voir l’évolution de l’art du paysage à travers le temps : des vues panoramiques des siècles derniers aux concepts éclatés de l’art contemporain, sans oublier la vision toute personnelle des artistes de l’art naïf. Le paysage exprime d’une façon particulière les liens qui unissent la nature et la culture. Parfois il dépeint un coin de pays spécifique, parfois il évoque un espace imaginaire, mais toujours il inspire aux visiteurs un élan, un dépaysement, un aller simple vers d’autres contrées. Quarante et un artistes importants de la collection, dont des artistes de la région et de la relève, sont représentés, notamment Aaron Allan Edson, Marc-Aurèle Fortin, François Lafrance, Arthur Villeneuve, sans oublier Jean-Paul Rioplelle. Un espace est consacré au paysagiste par excellence, Frederick Simpson Coburn.